RPS et télétravail : quels risques pour quelle prévention - INRS 

J’ai participé hier jeudi 28 avril à l’émission « RPS dans le cadre du télétravail : quels risques quelle prévention » organisée par INRS France. Quelle surprise d’y découvrir Éloïse MAILLARDET Psychologue du travail Ametra 06 ! Bravo pour votre intervention !

Ce que j’en ai retenu : 

Nous sommes en mesure aujourd’hui d’identifier les impacts du télétravail : 

augmentation de la charge de travail, enchainement de longue journée de travail liée à la difficulté d’accès à l’information, difficulté d’utilisation de l’outil numérique, complexification des interactions sociales (collègue qui n’est plus accessible dans le bureau d’à côté aucazou), difficulté à cadrer ses horaires….. Les rapports au collectif de travail sont aussi particulièrement impactés : érosion des moments de convivialité, sentiment d’isolement, isolement réel essentiellement pour les personnes pour lesquels le travail était un rare temps de socialisation, et aussi dégradation du sentiment d’appartenance à un collectif. On le constate le télétravail bouleverse nos conditions de travail, nos relations de travail, notre atmosphère de travail. N’oublions pas que le télétravail a aussi des avantages.

Le stress est clairement reconnu comme étant à l’origine de nombreux effets sur notre santé. Un stress chronique peut être à l’origine de difficultés cardio-vasculaires, engendrer des TMS, des troubles sur la santé mentale (dépression, anxiété, épuisement et cas dramatique comportements suicidaires). 

3 Il n’y a qu’à regarder tous les résultats des enquêtes menées depuis 2 ans (augmentation du nombre de démissions, du turn over, des gens présents mais sans réellement travailler, augmentation d’un absentéisme, pénurie de main d’œuvre) pour se rendre compte de l’urgence et de la nécessité de prendre en compte notre niveau stress et nos conditions de travail précisément humaines (relations de travail, échange informel, entraide, lien social …)

Le télétravail cristallise souvent des difficultés antérieures : ce qui évoluait à bas bruit se manifeste plus amplement avec le télétravail.

QVT à QVCT: mieux ETRE et TRAVAILLER ensemble

Depuis le 31 mars dernier la QVT (qualité de vie au travail) est remplacée dans le code du travail par la terminologie QVCT (qualité de vie et des conditions de travail). Comme le précisait déjà l’ANI QVT 2013 la QVT « vise d’abord le travail, les conditions de travail et la possibilité qu’elles ouvrent ou non de ‘faire du bon travail’ dans une bonne ambiance, dans le cadre de son organisation ».

Nos actions visent précisément les conditions de travail et indirectement le contenu du travail en vous proposant des interventions :

  • Impactant l’ambiance de travail, les processus de collaboration et d’entraide,
  • Développant des notions de bienveillance et d’empathie 
  • Cultivant une communication facilitant la résilience la créativité ou l’innovation.
  • Favorisant la cohésion d’équipe ….

Les enquêtes SUMER qui visent à surveiller l'exposition des salariés aux risques professionnels s’appuyent déjà depuis longtemps sur des critères liés à la contrainte relationnelle, les tensions relationnelles, le soutien social …. conscient de leur impact majeur.

Il nous semble aussi important de vous partager une approche et des outils nous libérant de ce qui pourrait entraver une bonne communication et une bonne ambiance de travail. La communication est cet espace de lien indispensable à l’épanouissement de l’animal social que nous sommes, un espace en capacité de l’épanouir ou de le flétrir et donc un espace dont nous devons prendre soin. C’est l’intention qui colore toutes nos propositions dans l’idée d’un mieux ETRE et TRAVAILLER ensemble.

Vous souhaitez en savoir davantage sur nos propositions (évènement, atelier, formation) contactez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous souhaitez être rappelé pour organiser un évènement QVCT laisser un message Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la dernière enquete Opinion way de Empreinte Humaine de 2022 pour sonder le rapport au travail et l'état psychologique des salariés francais post crise (quelles attentes quelles solutions ?), « l’équilibre des vies professionnelles et personnelles’ arrive dans le top 4 des attentes prioritaires des salariés en matière de Qualité de vie au travail ( QVT) en sortie de crise sanitaire. Que diriez-vous de proposer une detox digitale à vos collaborateurs ? Contactez-nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2022: petit post à tous les gardiens de phare

Quand vient le temps des vœux j’éternue ! 

Les traditions sont parfois porteuses d’une grande sagesse. Et pourtant nous pouvons parfois nous sentir agacés devant cette pluie de vœux et de souhaits en tout genre de début d’année.  Alors comment pouvons-nous surfer pertinemment sur l’idée des souhaits de début d’année ? 

Parce que oui, Ce petit billet n’est pas là pour vous souhaiter un truc ou un autre mais pour revenir à l’intention sous-jacente du souhait. 

Que dit Wikipédia :

De l’ancien français sohaidier (1175, Chrétien de Troyes). Milieu du XIVe siècle : souhaiter. D’un mot gallo-roman reconstitué *subtus-haitare (« promettre sans trop s’engager »), forme hybride composée du latin subtus (« sous »), et de haitier.

D’où peut-être mon scepticisme à juste souhaiter à tout va car s’il n’y a pas d’engagement, il n’y aura pas de réalisation…

Mais bon, revenons à notre façon de voir d’un bon œil cette idée des souhaits qu’ils soient de début d’année ou d’un autre moment.

Dans le souhait, on suggère, on propose, on oriente. Notre cerveau et notre esprit sont comme un phare : il peut être important de savoir comment nous les orientons. 

Me souhaiter quelque chose c’est déjà me préoccuper de l’orientation du phare de mon esprit et de ce que je souhaite mettre en lumière. Et c’est là que réside toute l’importance et la puissance de la démarche. 

Joe Dispenza dit en substance que notre vie va là où notre attention va : si nous sommes du genre à nous dire que c’est une vrai catastrophe, notre vie est un désastre, c’est fichu que nous n’y arriverons jamais…. Cela donne une petite idée de la façon dont les pensées sont orientées, comment elles sont colorées ou si peu colorées. 

Notre cerveau est comme un phare ! Le moment des souhaits n’est-il pas l’occasion de se questionner sur l’orientation de nos pensées ? Le moment de se comporter comme réel gardien du phare ? Car si nous ne posons pas en conscience régulièrement cette posture de gardien du phare, il y a quantité -que dis-je- foultitude d’occasions pour que nos pensées soient hackées !!!

Calendrier des ateliers

« Juin 2022 »
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Me contacter

7 Avenue René Boylesve
06100 Nice

Arrêt Gorbella

7 ou 4 Arrêt Cyrnos

07 54 81 79 59

info@christinemagat.com

Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi de 8h à 19h et certains samedis de 9h à 12h